La jonquille bleue des Vosges 

Le Valtin

Petit village des Vosges dans la région de Lorraine, Valtin fait partie du canton de Fraize.
Située à 762 mètres d'altitude et voisine des communes de
 Soultzeren et de Xonrupt-Longemer,

97 habitants (appelés les Valtinois et les Valtinoises) résident sur lacommune du Valtin

 sur une superficie de 19,6 km² (soit 4,9 hab/km²). 
La plus grande ville à proximité du Valtin est
 la ville de Saint-Dié-des-Vosges 

située au Nord-Ouest de la commune à 21 km.

La rivière la meurthe est le principal cours d'eau qui traverse le village du Valtin. 

Le toponyme du Valtin (Sant Veltin) est attesté au moins en 1472. Le nom de Valtin s’appliquait au Grand Valtin, hameau de Ban-sur-Meurthe, et au Petit-Valtin qui correspond à la commune actuelle. Le Petit-Valtin était le chef-lieu d’une mairie du bailliage de Saint-Dié et d’une paroisse, ancienne annexe de Fraize, érigée en cure en 1689 par M. de Riguet, grand prévôt du chapitre de Saint-Dié.

La seigneurie du Valtin appartenait au duc de Lorraine.

Initialement, le Valtin ne comptait qu’une chapelle qui aurait été fondée par les seigneurs de Ribeaupierre. L’église, dédiée à saint Sylvestre, était du diocèse et doyenné de Saint-Dié. La cure était à la collation du chapitre cathédral. L’église a été construite en 1704.

La mairie et l’école des garçons ont été construites en 1820 et l’école de filles en 1864.

 

Gérardmer & Xonrupt

Gérardmer et Xonrupt au fil du temps...

Gérardmer possède une très longue histoire touristique. 
C'est ici que fut créé le 23 juillet 1875 le Comité des Promenades, 
l'ancêtre de tous les Offices de Tourisme et Syndicats d'Initiative de France.

Charlemagne et les ducs de Lorraine

La tradition populaire attribue la fondation de la ville de Gérardmer à Gérard de Châtenois, dit Gérard d’Alsace duc de Lorraine de 1048 à 1070. Il aurait établi sur les bords de la Jamagne une tour (relais de chasse ou tour de défense ?) vers 1056, d’où le nom de Gérardmer (de meix, “champ” en langue d’oïl et de Gérard : le jardin de Gérard).
Cependant, la plus ancienne mention de Gérardmer date de 1285. Ferry III, duc de Lorraine, concède à Conrad Wernher, sire de Hadstatt, les moitiés de La Bresse et “des lieux-dits Géramer et Longue Mer. Nous devons faire ensemble une ville neuve de ces lieux.”
Avant cette période, la contrée était sauvage. Les moines des abbayes de Saint-Dié la décrivent alors comme "une région impénétrable du fait de ses forêts et dangereuse de par les animaux qui la peuplent : loups, ours..."

 

Gérardmer depuis la Tour de Mérelle
Le lac de Gérardmer 

Un territoire de chasse et de pêche...

Les Vosges sont riches de légendes. L'une d'elles raconte que l'empereur Charlemagne serait venu chasser le loup et le cerf dans les forêts gérômoises et pêcher dans le lac de Longemer. 
Le long de la Vologne, on retrouve la pierre de Charlemagne où il se serait reposer. Une autre légende raconte que l'empereur aurait pêché à Longemer un brochet si majestueux qu'il l'aurait remis à l'eau non sans l'avoir muni de clochettes d'or. A ce jour, les pêcheurs cherchent toujours à prendre ce fameux poisson...

 

L'évolution de Gérardmer...

Lorsque Gérardmer fut érigée en paroisse, en 1540, le village compte 23 foyers, soit environ 150 personnes. Le village se concentrait alors autour de l’actuel quartier de l’église et se composait de nombreux “écarts” (ou hameaux des hauteurs) qui constituent encore aujourd’hui l’une des particularités de la ville des Hautes-Vosges.
La Commune était beaucoup plus étendue qu'aujourd'hui, englobant le territoire de Xonrupt-Longemer, devenue commune à part entière en 1919.


Gérardmer d'après un daguerréotype de Jean-Baptiste Saulcy en 1852
 

... et de Xonrupt-Longemer

En date du 22 octobre 1919, la commune de Xonrupt est créée. La population est alors de 809 habitants.
La ville tient son nom du patois “hhon” ou “chon”, la planche de bois, et “ru” le ruisseau, soit le “pont de bois sur le ruisseau”. Le nom de son lac, Longemer (prononcez “mère” et non “mé” comme Gérardmer), signifie la “Longue mer” tandis que Retournemer (prononcez toujours “mère”) fut longtemps, avant l’ouverture des routes , “le lac d’où l’on revient sur ses pas”, faute de pouvoir franchir les montagnes...
Aujourd’hui, Xonrupt-Longemer compte 1489 habitants. Essentiellement agricole avant 1950, la commune affiche depuis une forte vocation touristique, offrant aux visiteurs un patrimoine naturel exceptionnel au pied même du massif des Vosges.

 




Une histoire touristique

Vue sur le lac de Gérardmer depuis les chambres de l'hôtel


 

Gérardmer connut très tôt un engouement "touristique". Dès le XVIIème siècle, les ducs de Lorraine et les chanoinesses de Remiremont viennent s'y reposer.
C'est cependant au XIXème siècle que les rives du lac commencent à s'aménager avec les hôtels et les villas, propriétés de riches industriels et de notables belges, nancéïens et parisiens.
Le premier Office de Tourisme de France a d'ailleurs été "inventé" par les Gérômois en juillet 1875. Il se nommait alors "le Comité des Promenades".

 

La Seconde Guerre Mondiale : une ville détruite à 85%

Au début du XIXème siècle, le nombre d'habitants atteignait 4 700. Avant la Seconde Guerre Mondiale, Gérardmer comptait 10 000 habitants, hommes de troupe compris.
Le 22 juin 1940, la Wehrmacht devient maîtresse de Gérardmer. En novembre 1944, devant l’avancée des Alliés, les Allemands évacuent la ville en pratiquant la politique de la terre brûlée et mettent le feu à 85% de la cité les 16 et 17 novembre 1944. Il faudra de nombreuses années pour effacer autant que faire se peut la destruction massive de Gérardmer.
Aujourd'hui, la population de Gérardmer s'élève à 9 573 habitants.

 


Départ de skieurs à la gare de Gérardmer en 1908

 

4-2-13, Gérardmer, skieurs à la frontière France-Allemagne : [photographie de presse] / [Agence Rol] - 1

 

Pour en savoir plus sur l'histoire de Gérardmer


  • "Gérardmer, 125 ans de tourisme" : coffret comportant un CD-Rom, un livret et des gravures. Edition de l'Office de Tourisme - Octobre 2000.
  • "Cent ans de tourisme dans la Vallée des Lacs" , édition SAEP - 1975.
  • "Gérardmer, la Vallée des Lacs" : petit livre complet abordant divers aspects de l'histoire de Gérardmer. Guy VOIRIN, édition SAEP - 1972.
  • "Si Gérardmer était conté aux Gérômois" : pour en savoir plus sur la naissance et l'histoire de la ville. Suzanne RATTAIRE, édition Gérard LOUIS - 1986.
  • "Gérardmer, ses lacs : images d'un passé oublié", Club cartophile gérômois, édition SAEP, 1991.
  • "Gérardmer, histoire d'un lac", Club cartophile gérômois, édition SAEP, 1988.
  • “Gérardmer - Mémoire en images”. Valérie LANOË-LEMOINE, editions Sutton, 2004
  • “Vallée des Lacs des Vosges”, Guy VOIRIN, Editions Créacolor, 2005
  • …Et bien d'autres ouvrages anciens ou récents disponibles à la Médiathèque du Tilleul.

Service facile et professionnel

Créer un site